Les UPP : Une utopie concrète

 

Les UPP sont des groupes de parents, la plupart des quartiers populaires, qui mènent une recherche sur un thème lié à la parentalité avec l’aide d’un universitaire. Permettre à des parents, la plupart sans diplôme, de mener une recherche avec une méthode scientifique est en soi un pari ambitieux. Mais l’enjeu est aussi et surtout de qualifier, par cette recherche, leur savoir individuel et collectif pour en faire un outil de leur reconnaissance dans le territoire. Car la finalité des UPP réside dans un croisement de logiques parents-institutions-élus et dans la construction d’un dialogue entre parents et institutions.

L’ambition est forte et a pu même apparaitre à certains utopiste.

Pourtant, les parents de ces UPP ont su relever les défis : En 2008, ceux des premières UPP présentent leurs recherches à Sciences Po, devant cinq cent personnes : travailleurs sociaux, élus, enseignants qui déconstruisent subitement les représentations : oui les parents des quartiers populaires ont envie de s’investir, oui ils ont envie de réfléchir, oui ils ont des idées. En mars 2012, l’expérience est reconduite, cette fois ci au Parlement européen de Bruxelles, puisqu’entre temps des UPP ont été créées en Belgique et en Allemagne.

Les parents se servent des résultats de leurs recherches pour lancer des forums, des débats, proposer des partenariats avec les institutions. Les portes s’ouvrent : les parents sont sollicités pour participer aux diagnostics et à l’évaluation de politiques publiques comme les programmes de réussite éducative, les PEL, les REAAP. Dans le Rhône, après avoir réalisé une recherche sur les causes du décrochage scolaire, les parents rencontrent les enseignants qui prennent conscience de la nécessité pour eux de mieux connaitre les conditions de vie des familles de milieu populaire. Depuis, les parents sont sollicités par l’ IUFM et l’université pour participer à la formation des maitres.

Au-delà de ce travail avec les institutions, les parents portent des initiatives sur leurs territoires. Ils créent des cafés de parents, des fêtes de quartier, des entreprises d’économie solidaire.

Contrairement à nos représentations de départ, ce sont les parents les plus stigmatisés socialement qui se sont le plus investis les UPP, y compris dans la recherche.

Nous avons mesuré à quel point les UPP jouaient pour eux un rôle déterminant de revalorisation, de reprise confiance en soi, de fierté et de dignité. Une maman disait « Je me suis enfin mise debout » Les fortes puissances symboliques que recèlent la démarche sont autant de moteurs de l’implication et du pouvoir d’agir: recherche, Université, rencontres avec les élus et institutions, colloques à Sciences Po ou au Parlement Européen, écriture d’un ouvrage….parce qu’ils permettent aux parents de jouer d’autres identités, de relever la tête et d’être fiers d’eux-mêmes.

Emmanuelle MURCIER

Déléguée Nationale « Parentalité et diversité »